[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] []
[]
[]
[]
[]
[]
[vegetauxligne]


Les autres feuilles s'attachent une, par une sur la tige et sur les rameaux : ce sont des feuilles isolées. Leur limbe ne forme pas une grande lame : il est découpé en trois parties, appelées folioles

 Les nervures contiennent des vaisseaux qui prolongent ceux du pétiole et de la tige.
  

2) le limbe qui forme une grande lame, vert foncé sur le dessus, vert clair par-dessous.
  

Le limbe est parcouru par des nervures.

1) la queue, ou pétiole, qui s’élargit à l'endroit où elle s'attache sur la tige;
  

Les feuilles

Les deux premières feuilles s'attachent face à face sur la tige; on dit que ce sont des feuilles opposées. Dans chacune de ces feuilles, on distingue :
  

La racine.

 La racine principale porte, sur les côtés, des radicelles de plus en plus fines. L'ensemble fixe la plante dans le sol.
Les radicelles, ainsi que la racine principale, sont garnies vers leur extrémité de poils absorbants. On les nomme ainsi parce qu'ils absorbent  l'eau contenue dans le sol

À l'extrémité de la tige se trouve aussi un bourgeon, un peu plus gros que les autres : c'est le bourgeon terminal. C'est là que se forment de nouveaux entre-nœuds; ils sont d'abord courts, mais ils grandissent vite.

De place en place, la tige est renflée; chaque renflement est un nœud ; c'est aux nœuds que s'attachent les feuilles. L'espace qui sépare deux noeuds est un, entre-nœud. Les entre-nœuds sont assez longs à la base de la tige, mais ils deviennent de plus en plus courts au fur et à mesure qu'on se rapproche de son sommet, parce qu'ils n'ont pas encore eu le temps de grandir.

La tige
 La tige du haricot est verte et souple comme celle d'une herbe.

À l'endroit où une feuille s'attache sur la tige, se trouve un bourgeon. Lorsqu'il se développe, Il  donne un rameau qui porte des feuilles comme la tige.
  

La tige

Les feuilles

 La tige du haricot est verte et souple comme celle d'une herbe.
De place en place, la tige est renflée; chaque renflement est un nœud ; c'est aux nœuds que s'attachent les feuilles. L'espace qui sépare deux noeuds est un, entre-nœud. Les entre-nœuds sont assez longs à la base de la tige, mais ils deviennent de plus en plus courts au fur et à mesure qu'on se rapproche de son sommet, parce qu'ils n'ont pas encore eu le temps de grandir.
À l'endroit où une feuille s'attache sur la tige, se trouve un bourgeon. Lorsqu'il se développe, Il  donne un rameau qui porte des feuilles comme la tige.
À l'extrémité de la tige se trouve aussi un bourgeon, un peu plus gros que les autres : c'est le bourgeon terminal. C'est là que se forment de nouveaux entre-nœuds; ils sont d'abord courts, mais ils grandissent vite.
Quand on coupe la tige, il se forme des gouttelettes de liquide  c'est de la sève. Elle sort de fins tuyaux ou vaisseaux.

Les deux premières feuilles s'attachent face à face sur la tige; on dit que ce sont des feuilles opposées. Dans chacune de ces feuilles, on distingue :
— la queue, ou pétiole, qui s’élargit à l'endroit où elle s'attache sur la tige;
— le limbe qui forme une grande lame, vert foncé sur le dessus, vert clair par-dessous.
Le limbe est parcouru par des nervures. Elles contiennent des vaisseaux qui prolongent ceux du pétiole et de la tige.
Les autres feuilles s'attachent une, par une sur la tige et sur les rameaux : ce sont des feuilles isolées. Leur limbe ne forme pas une grande lame : il est découpé en trois parties, appelées folioles.

La racine.
 La racine principale porte, sur les côtés, des radicelles de plus en plus fines. L'ensemble fixe la plante dans le sol.
Les radicelles, ainsi que la racine principale, sont garnies vers leur extrémité de poils absorbants. On les nomme ainsi parce qu'ils absorbent  l'eau contenue dans le sol.
  

Un pied de haricot